Publié : 6 mars

Drancy

Ce Mémorial est situé face à l’ancien camp d’internement et de transit des Juifs de France pendant la Seconde guerre mondiale.

Entre août 41 et août 44, 67 000 Juifs partirent de Drancy vers des centres de mise à mort comme Auschwitz, Tréblinka, Sobibor… ou vers des camps de concentration (Bergen-Belsen, Buchenwald…). Moins de 2 000 des déportés de Drancy sont revenus, soit à peine 3 %.

Le matin, des conférenciers ont expliqué l’histoire du camp de Drancy et la vie quotidienne des prisonniers.

L’après-midi, les élèves ont rencontré un rescapé : M. Victor Perahia.

Victor Perahia


Le 15 juillet 1942, Victor Perahia, âgé de 9 ans, est arrêté avec ses parents, à leur domicile à Saint-Nazaire (Loire Atlantique).
Son père est déporté, le 20 juillet 1942, de Angers (Maine-et-Loire) vers Auschwitz où il est assassiné.
D’abord interné au Camp de la Lande de Monts (Indre et Loire), il se retrouve avec sa mère à Drancy de septembre 42 à mai 44. Ils seront déportés, le 23 juillet 44, au camp de Bergen-Belsen puis à Trobritz.
Ils rentrent à Paris le 29 juin 45.

Victor Perahia a raconté ses conditions de vie atroces (la faim, le froid, la violence, la maladie…) lors de son internement et déportation ainsi que le difficile retour à la vie « normale » après la guerre. Puis il a répondu aux différentes questions des élèves.

Quelques réflexions d’élèves suite à cette journée :

- "C’était bien car c’est la première fois que l’on entendait cela. C’était émouvant. C’est une chance d’entendre cela car il ne reste plus beaucoup de déportés."
- "Monsieur Perahia m’a beaucoup touché quand il a dit qu’il fallait dire je t’aime à sa famille et que notre famille c’est quelque chose de très précieux. Et aussi quand il a raconté que les soldats disaient aux enfants qu’ils allaient retrouver leurs parents alors qu’ils allaient mourir dans les chambres à gaz."
- "Le témoignage de Victor m’a particulièrement touché, surtout sa manière de raconter. Chaque détail était important. Son intervention m’a permis de changer d’avis sur les conditions de vie pendant la guerre."
- "On a beaucoup appris sur la guerre, les arrestations et le ressenti des hommes. C’était très triste."
- "Ça m’a beaucoup ému quand il a dit au revoir à son père qu’il ne reverra jamais."
- "Pendant la sortie, j’ai appris et je me suis rendue compte que la vie est courte et qu’il faut profiter des gens qu’on aime tant que l’on peut encore car il peut arriver des choses horribles comme ce qu’a vécu Victor."
- "Victor a su nous dire les bons mots pour que l’on comprenne le déroulement de la déportation et la vie dans les camps. C’était impressionnant !"

Quelques moments de la journée en images :